19/02/2011
Résonance
Exposition à Sanen en Suisse
28/10/2010
Exposition
Vernissage le Jeudi 18 Novembre 2010 de 18:00 à 22:00 et le Samedi 20 novembre de 15:00 à 20:00.
11/02/2009
La presse en parle !
Quelques articles dans les revues françaises... ELLE DECORATION : Courant d'art. Après un premier travail sur la graine, Manuela Zervudachi s'exprime sur la thématique du « flux », inspirée de la chimie du corps humain. Elle expose ses 25 sculptures aux formes poético-morphologiques, dont cette œuvre de bronze intitulée « Téménos », dans la galerie de son frère jumeau Tino. (Du 9 nov. Au 10 janv. 2009, n°54 galerie de Montpensier, Paris 1er. Tel : 01 42 61 03 80).
19/12/2008
Délivrance 2006
En plein travail...
30/11/2008
Exposition Flux
Du 20 novembre 2009 au 10 janvier 2009 Vernissage mercredi 19 novembre de 18H à 21H
09/10/2007
Step inside
En attendant l'édition en bronze, voici le plâtre.
09/10/2007
Transmission
Le bronze et son plâtre dans l'atelier, une brève rencontre.
22/01/2007
Bonne année 2007
Happy new year.
21/01/2007
L'art de la gestation
Maison Française - N° 535 Avril-Mai 2005 Par Maya Lebas - Photographie de Alexandra de csadaya Manuela Zervudachi sculpte sans relâche. plus que tout, elle aime la sensualité de la terre et du plâtre. Élevée avec trois frères, elle commence à sculpter très jeune, « pour vaincre une timidité maladive ». C'est sa manière de s'exprimer, sa nécessité, son refuge. Elle ne trouve pas ses mots à l'école, elle excellera dans l'art. À douze ans, elle obtient son premier prix de sculpture, décide d'en faire son métier et commence à trouver sa place. Ce sentiment ne va pas de soi pour cette Irlando-Grecque née en Angleterre avec son jumeau, Tino Zervudachi. Ils s'éloigneront un temps avant de devenir les meilleurs alliés. « Nous sommes complémentaires. Il est dans le concept et la rapidité, je suis dans la matière et la gestation lente », explique-t-elle. Lui, décorateur et architecte d'intérieur, l'expose dans sa galerie, croit en son talent, la recommande à ses clients. Elle, peu encline à servir sa cause, reste une artiste. Le tandem fonctionne parfaitement. Ils ont vendu la quasi-totalité des oeuvres de Manuela lors de leur dernière exposition. Son thème de prédilection : la graine, « métaphore de ce qui en nous doit trouver la force de germer. Notre attachement à la vie ne va pas de soi. Nous sommes en permanence en train de "mourir" et de "renaître" ». La plupart de ses sculptures illustrent ce tiraillement entre le désir de vivre et la pulsion de mort, la part d'enfance et d'ombre que chacun porte en soi. L'une, intitulée En devenir, représente une graine qui voudrait s'épanouir et rompre les cercles qui l'entourent. Pour Manuela Zervudachi, rien n'est figé. Elle est bien plus subtile que cela. Dans son atelier situé sous une verrière inondée de lumière, elle travaille la terre, le plâtre ou la cire. Elle aime la sensualité de la matière et alterne les commandes pour des particuliers et les périodes d'isolement où elle mène à bien ses projets personnels. Après des séjours à New York, en Italie ou en Amérique latine, elle s'installe à Paris en 1991 - « un bon compromis entre ces différentes cultures» - pour suivre son mari français. Ses sculptures sont à son image, en mouvement et en évolution. Elles interpellent et posent questions. À chacun d'en donner une interprétation.